Formations Christine Nougarolles

Episode spécial week end : discussion avec une amie… (deuxième partie)

  • Par
  • Le 29/03/2020

(fin de la première partie…)

  • Pourquoi, j’en suis arrivée, un jour, à « tout faire » à leur place ou au moins d’avoir l’impression que s’ils le faisait eux-même ce serait trop long ou pas comme il faut ?
  • J’ai l’impression qu’une partie de la réponse est déjà dans ta question… :)

 

(la suite…)

  • Une question, avant de continuer : « à partir de quel âge, selon toi, un enfant est-il capable de vider le lave-vaisselle et ranger la vaisselle, de ramasser son linge sale et le porter dans le panier familial, de ranger tous les objets dans la caisse après avoir joué, de trier les chaussettes et de retrouver les « mêmes », de les rouler par deux, de s’habiller, de se déshabiller avant d’aller dans le bain, d’enfiler son manteau et son bonnet, d’enfiler ses chaussures ou ses bottes, de mettre la table, de passer l’aspirateur, de laver les vitres,… ????
  • … 

(prenez le temps de mettre un âge en face de chaque activité…)

  • Ma réponse : il n’y a pas d’âge-type ! L’enfant le fera, de son plein gré ou pour faire plaisir à ses parents ou il ne le fera pas du tout ; quand il est tout petit ou bien plus grand ; il le fera « bien » ou « mal » ou « jamais comme il faut »…Et finalement, qu’est-ce qui déterminera une réponse plutôt qu’une autre ? C’est l’environnement dans lequel il vit, le cadre posé par les parents, les croyances de ses parents, ses capacités, celles qu’on pense qu’il a,… tout n’est qu’une question de point de vue ! L’enfant pourra débarrasser le lave-vaisselle dès qu’il est capable de tenir quelque chose dans sa main en marchant ET SURTOUT, il pourra le faire lorsque l’adulte lui aura montré comment prendre chaque assiette et verre un à un, puis comment les porter dans un placard à sa hauteur (après avoir ouvert la porte !). L’enfant pourra ramasser le linge et le rassembler, dès qu’il est capable de tenir quelque chose dans sa main en marchant ET SURTOUT, il pourra le faire lorsque l’adulte lui aura montré comment faire. L’enfant pourra ranger tous les objets…

 

 

  • OK ! Je vois bien le tableau ! Il pourra le faire SI je suis convaincue qu’il peut le faire et SI je lui montre comment faire… mais ça va être long, non ? Et il va se faire mal ou bien il va faire les choses de travers, non ?!
  • Tout à fait ! Je te propose juste de modifier ta phrase et de commencer par « il pourrait » au lieu de « il va », tu vois ? « il pourrait se faire mal » mais aussi « il pourrait ne pas se faire mal du tout ! », « il pourrait faire les choses de travers » mais aussi « il pourrait réussir »… finalement, le secret c’est de lui faire confiance et de lui accorder le bénéfice du doute !

 

  • Le problème, c’est que là, si je demande à Ulysse de vider le lave-vaisselle, j’imagine déjà sa tête et sa réponse…
  • C’est sûr ! Le soucis, c’est que toutes ces activités de la vie quotidienne sont littéralement extra-ordinaires quand on a 3 ans, mais elles ne le sont plus du tout à 10 ans ! C’est pourquoi les parents ont tout à gagner à proposer toutes ces « missions » le plus tôt possible aux enfants ; lorsqu’ils sont très jeunes, ils sont très heureux de les faire et se faisant, ils construisent leurs « outils de la vie », plus tard ils n’en n’ont plus un intérêt spontané, ça ne leur apporte plus du tout la même chose ; mais même grand, ça peut encore les aider à devenir « flexibles »  à « trouver des solutions ».

 

  • Je suis bien d’accord, je ne vois pas du tout ce que ça apporterait à Ulysse maintenant !
  • Mais à toi non plus, ça semble ne plus apporter rien, n’est-ce pas ?! Seulement, la famille, c’est comme une équipe ou un orchestre : on a tout intérêt à jouer ensemble. Lorsque ma plus jeune fille était petite, elle adorait faire toutes ces missions, d’ailleurs, il suffisait que je lui dise « Thaïs j’ai une mission pour toi ! » ; elle arrivait avec un grand sourire, pressée de savoir ce qu’elle allait pouvoir faire et réalisait sa mission.  Puis est arrivé ce jour béni où elle a répondu : « maiiiiiis, pourquoi c’est toujours moiiiiii ?! ». Tu vois ? 
  • Alors tu lui a dit quoi ?
  • Je lui ai juste raconté la vie-selon-sa-maman : « tu sais, ma chérie, quand tu étais petite, tu adorait faire ces missions, tu ne le faisais pas pour me faire plaisir ou pour qu’on dise que tu étais une parfaite demoiselle bien sage, tu le faisais parce que ça te faisait grandir, tu vois ? Mais maintenant que tu as grandi, ces missions ne t’aident plus à construire de nouveaux outils, puisque tu les as déjà ; c’est exactement comme pour moi ! La grande nouveauté, c’est que ni toi, ni moi, n’en avons besoin, mais la famille en a besoin ; nous devons le faire ! Et puis, la cerise sur le gâteau c’est que ça peut t’aider à devenir meilleure en maths ! ». (on en reparle juste après, cette capacité à raisonner, à « trouver des solutions »).

 

  • D’accord, donc tu me dis que même à son âge, il serait bien qu’il fasse toutes ces choses, et particulièrement en ce moment ? Mais il n’a pas l’habitude

 

  • C’est exactement le projet : les activités de la vie quotidiennes, toutes ces choses qu’on appelait autrefois « les corvées » ou « les tours de rôles » ou toute autre appellation familiale, permettent à nos enfants de vivre des moments nouveaux et de s’adapter. Imagine que Ulysse et Pénélope aient, dans leur « corvées » de la journée : « ramasser le linge sale et le mettre à laver dans la machine à laver » ; tu leur as montré les gestes, tu as même peut-être fait des dessins ou écrit la procédure sous forme d’une liste à cocher. Imagine que c’est le tour de Pénélope  : elle passe dans chaque pièce où il y a du linge à récupérer, arrive devant la machine à laver et se retrouve bien ennuyée parce que la machine est pleine de linge mouillé, alors que la dernière fois, la machine était vide… que va-t-il se passer ? 
  • Pénélope va m’appeler à l’aide !

 

  • Et que feras-tu ?
  • J’accourrai , bien sûr, et je lui dirai quoi faire…
  • Et donc…
  • Je ne l’aiderai pas à s’adapter !
  • Exactement ! C’est le plus difficile : ravaler son envie de l’aider et de faire à sa place, parce que c’est humain ! Par contre, si elle se retrouve seule devant cette machine pleine de linge mouillé, elle va devoir « trouver des solutions » et c’est là que ne rien faire à sa place va être le plus intéressant ; c’est là que la vraie vie va être un véritable outil d’apprentissage, c’est l’école dans la vie !!

 

  • Au niveau stratégique, comment est-ce que je peux organiser quelque chose d’aussi nouveau dans nos journées déjà bien « chamboulées » ?
  • Je pense qu’ils ont besoin de « missions » quotidiennes, puis la possibilité de choisir et s’organiser eux-même. Tu listes sur une journée, toutes ces choses que tu fais « pour le groupe » ; ensuite, avec eux, en « conseil de famille », vous vous attribuez une sorte d’emploi du temps sans horaire, une liste à cocher par exemple. La règle est que « ça doit être fait » mais que le responsable d’une liste a le droit de s’organiser lui-même. Attention, ces « listes » ne sont pas des emplois du temps de ministre, seulement des missions indispensables, cette période de confinement doit être aussi une « ode au lâcher prise », nous sommes tous dans une période dans laquelle le temps ne s’écoule plus de la même manière, où les obligations ne sont plus les mêmes, donc autant continuer à jouer le jeu.

 

  • Tu penses que c’est possible à mettre en place à la maison ? Tu penses que ça pourrait vous aider tous les trois ?
  • Oui ça n'a pas l'air sorcier à mettre en place et je n'ai aucun doute sur le fait que nous ayons tous à y gagner.
  • Mais…
  • Et bien lâcher prise sur certains de mes fonctionnements... c'est un sacré défi ! L'attention et la retenue que ça va me demander pour ne pas laisser mes réflexes de « trouveuse" de solutions, de gagneuse de temps et de réparatrice prendre le dessus !... Ben voilà ! Je réalise maintenant que chaque nouveauté que j'ai voulu mettre en place, c'est toujours moi qui ai lâché la première pour revenir à mes anciennes habitudes. Les enfants sont plus flexibles et s'adaptent plus facilement que nous !
  • On dirait bien !
  • Mince ils ont aussi des choses à nous apprendre ! C'est le pompon ! Et bientôt ce seront les enfants qui éduqueront leurs parents ! Non mais je rêve !

 

 

:)

mise à jour au 21 septembre 2020 :

 

Les inscriptions aux formations Montessori en orthophonie® 2021 sont ouvertes !!

 

Je reçois de nombreuses demandes pour rejoindre le groupe privé "Orthophonie et Montessori", mais je ne peux les accepter car ce groupe est réservé aux personnes ayant fait la formation.

Si vous souhaitez discuter de l'approche Montessori versée à l'orthophonie d'un point de vue général, vous pouvez rejoindre le groupe La Pensée Montessori en orthophonie :)